L'Ogresse de Paris

mardi 21 octobre 2014

La citation du jour: Bertrand Lavier

"Je ne fais pas table rase, je monte sur la table."

Bertrand Lavier

 

 

 

Bertrand Lavier, Brand sur haffner, 1984


dimanche 19 octobre 2014

La citation du jour: Thackeray

"Quand une personne est trop pauvre pour avoir une servante, quelque élégante qu'elle soit, il faut bien qu'elle balaye sa chambre elle-même ; quand une jeune personne n'a pas de mère pour négocier ses affaires avec un jeune homme, il faut bien qu'elle s'en occupe elle-même."

 

Thackeray, La foire aux vanités

 

Vanity fair, la foire aux vanités : Photo Mira Nair, Reese Witherspoon

mardi 14 octobre 2014

La citation du jour: Jacques Derrida

"Chaque fois qu'il y a une métaphore, il y a sans doute un soleil quelque part."

 

Jacques Derrida

Olafur Eliasson The Weather Project in the Turbine Hall, Tate Modern 16 October 2003 - 21 March 2004

Olafur Eliasson , The Unilever series, Tate modern, 2003

lundi 29 septembre 2014

La citation du jour: Véronique Poulain

"La langue des signes est la langue la plus crue que je connaisse. Les sourds s’expriment de façon simple, directe et brutale."

 

Véronique Poulain, Les mots qu'on ne me dit pas

Posté par ogressedeparis à 17:19 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

samedi 27 septembre 2014

Métiers d'art à Versailles

Cette semaine était exceptionnelle  à Versailles:  des rencontres étaient organisées avec les professionnels qui restaurent l'un des bassins incontournables du jardin de Louis XIV: Le bassin de Latone.

 Journées Européennes des Métiers d'Art

Latone? C'est l'un des personnages de la mytholgie gréco-romaine.

Jupiter notre roi des dieux coquin par excellence à eu de nombreuses aventures amoureuses pour le plus grand malheur de sa femme Junon. Quand celle-ci apprend que Latone, fille de titans, attend des enfants,  Junon entre dans une colère folle et va trouver dieux et habitants de la terre en leur promettant de se venger si ceux ci viennent en aide à Latone. Le bassin versaillais représente le moment où Latone, entourée de ses jumeaux Apollon et Diane, lève les yeux au ciel et lance une malédiction contre les paysans de Lycie qui lui ont refusé l'accès à leur étang pour qu'elle puisse se désaltérer. Ceux ci sont dans l'instant victime du sort et la métamorphose racontée par Ovide s'opère: ils sont transformés en lézards, tortues, et grenouilles condamnés à vivre dans l'étang pour l'éternité.

 

Certains historiens ont émis l'hypothèse que cette histoire, racontant l'enfance du dieu soleil Apollon serait un écho aux évenements de la Fronde qui ont menacé la vie et le pouvoir de Louis XIV. Une forme d'avertissement pour les nobles de la cour du roi soleil qui l'accompagnent chaque jour en promenade. Mais on n'en est pas certain. Cela reste néanmoins cohérent avec le thème du soleil et des saisons du jardin.

 

Restaurer le bassin de Latone, c'est aussi réhabiliter les parterres de broderies pensés par Le Notre. Les jardiniers passionnés nous expliquent le travail d'antant avec les cisailles et les brouettes en bois. D'accord la serpe a disparue pour des tondeuses à gazon, et les échelles trop dangereuses pour des élévateurs, mais aujourd'hui les gestes de la taille de la topiaire ont peu changé. Les outils sont plus légers mais l'oeil expert du jardinier est toujours aussi important. Et l'esprit de Le Notre reste très présent!

 

Sur le chantier du bassin, les fontainiers s'activent. Il reste encore beaucoup à faire avant l'activation des jets d'eaux.

Les tailleurs de pierre quant à eux doivent créer de nouveaux blocs pour remplacer ceux qui sont fendus et inutilisables. Cette étape est essentielle pour garantir la stabilité de la structure et pour pouvoir poser les couronnes de plomb. 

Et non loin on découvre un autre stand, celui des restaurateurs de plomb. En pleine soudure ceux ci partagent avec le public leur avoir faire. Ils poseront dans quelques temps les plaques de plomb qui garantiront l'étanchéité de la fontaine. Ne vous approchez pas trop près ça chauffe!

Journées des Métiers d'art

Pendant ce temps, en atelier les restaurateurs de métal ont passé les groupes sculptés des frères Marsy à la douche (hydrogommage) cela permet de les nettoyer bien sur mais aussi de révéler leurs fragilités. Certaines pattes de lezards par exemple étaient fracturées, il a fallu les renforcer. Certains paysans avaient aussi perdus certaines parties de leur anatomie. Sur le stand des restaurateurs de métal, un artisan nous transmet son savoir faire et les différentes étapes de la restauration d'une des paysannes dont il fallait refaire la bouche et le nez  : créer la forme manquante  en argile, puis en plâtre, moule en silicone et enfin coulage du plomb.  Une fois cette forme réalisée il faut la souder à la statue, puis limer la matière jusqu'à ce que la matière soit propre et lisse. Car ensuite, c'est le travail de finission qui démarre, celui des doreurs.

Grenouille crachant de l'eau

Attention: magie! Sur le stand on a le droit à une jolie démonstration. Il faut 4 jours pour préparer le plomb à recevoir la feuille d'or. On superpose des couches successives d'anti rouille et de vernis incolore. Le 5e jour c'est le tour de la dorure. Le doreur caresse son visage ou ses cheveux avec une palette en poils de martre pour récupérer l'électricité statique et hop la feuille d'or (extraite de son carnet et coupée grâce au couteau à dorer) si légère adhère à la palette. On vient la déposer sur la structure à dorer. Puis on la tampone gentiment avec un piceau qui ressemble à un pinceau de maquillage. Il est tout aussi doux pour ne pas rayer. Dans l'air les époussetures dorées viendront se déposer sur le coussin. On ne gaspille rien!

 

 

 

Merci à tous les artisans présents pendant ces journées exceptionnelles, mais aussi à tous ceux qui travaillent avec eux dans le jardin!

 

Et pour en savoir plus sur le chantier de restauration du bassin et des parterres de Latone vous pouvez cliquer ici: http://latone.chateauversailles.fr/

 

 



vendredi 26 septembre 2014

Vendredi lecture avec Tatiana de Rosnay

http://www.nola-tagada.fr/wp-content/uploads/bibliotheque/originals/elle-s-appelait-sarah.jpg

Résumé de l'éditeur: Paris, mai 2002. Julia Jarmond, journaliste pour un magazine américain, est chargée de couvrir la commémoration de la rafle du Vel’ d’Hiv. Au cours de ses recherches, elle est confrontée au silence et à la honte qui entourent le sujet. Au fil des témoignages, elle découvre, avec horreur, le calvaire des familles juives raflées, et en particulier celui de Sarah. Contre l’avis des siens, Julia décide d’enquêter sur le destin de la fillette et de son frère. Soixante ans après, cela lui coûtera ce qu’elle a de plus cher.
Paris, le 16 juillet 1942 : la rafle du Vel’ d’Hiv’. La police française fait irruption dans un appartement du Marais. Le petit
Michel, paniqué, se cache dans un placard, et sa grande sœur Sarah, dix ans, l’enferme et emporte la clef en lui promettant de revenir. Mais elle est arrêtée et emmenée avec ses parents.

dimanche 21 septembre 2014

La citation du jour: Alain

"Il est bien vrai que nous devons penser au bonheur d'autrui ; mais on ne dit pas assez que ce que nous pouvons faire de mieux pour ceux qui nous aiment, c'est encore d'être heureux. "

Alain

Posté par ogressedeparis à 01:53 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , ,

vendredi 19 septembre 2014

Vendredi Lecture avec Adel Deco

Résumé de l'éditeur:

17 étudiants d’écoles de commerce se sont lancé un défi : écrire un roman de génération sous la forme d’un cadavre exquis ! Ainsi sont nées Les Illusions adolescentes

Lorsque Anthony entre en terminale plein d’incertitudes quant à son avenir, il est loin d’imaginer qu’il va devenir un paria accusé par tout le lycée du meurtre de son meilleur ami, et qu’il aura toutes les difficultés du monde à se sortir de ce traquenard du destin.

Et quand les illusions tombent, les histoires d’amour prennent soudain un tour tragique…

Posté par ogressedeparis à 17:03 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

samedi 13 septembre 2014

Viaje al alma / Sarah Trioullier

 Dans le travail photographie de Sarah, j’aime beaucoup les effets de flou : certains paysages semblent sortir d’une brume, d’un rêve… Cela n’est pas sans rappeler l’aube de la photographie . Les contours estompés et le grain particulier m’évoquerait presque le fusain. Et pourtant quand elle passe à la couleur, cela évoquerait plutôt le côté suranné qu’ont maintenant pour nous les photographies d’enfance des années 80. Ses modèles ont souvent des pauses de repli sur eux même un peu mélancoliques avec des positions d’attente ou de sommeil par exemple. Cela emmène celui qui regarde ta photographie vers un espace intérieur, hors cadre. On flotte entre deux mondes, par les contrastes forts la lumière et les gestes suspendent leur course… Elle joue sur la transparence, l’invisible… Pour le blog, en plein accrochage, Sarah nous parle de son voyage intérieur, une forme de quête initiatique et esthétique.

 

 Photo de Trioullier Sarah.

Aujourd'hui a lieu le vernissage de ton exposition Viaje al alma. Parles nous un peu de ton parcours d’artiste. Comment es tu venue à la photographie ?

J’ai toujours aimé l’art, c’est pour cela que j’ai essayé les études en Histoire de l’art à l’Université. Au fil du temps je me suis rendu compte que c’était la création qui pouvait réellement remplir mes attentes.
Depuis mon enfance j’ai été attiré par la photographie. D’abord je voulais prendre en photo tout ce qui m’entourai et ensuite j’ai été attirée non seulement par les images mais aussi par la machine et les techniques. C’est tout naturellement que je me suis inscrite à une école de photographie.

Pourquoi avoir choisi ce médium plutôt qu’un autre moyen d’expression ?

Je me sent à l'aise en m’exprimant avec la photographie. Ce moyen me convient et me comprend et c’est le seul avec lequel j’arrive à me livrer.

 Quel est ton rapport avec l’appareil ? Ami ? Enfant chéri ? Compagnon de route ? Ennemi parfois ?

Je dirais compagnon de route et ami. Si j’ai mon appareil photo  je ne me sent pas seule. Mais parfois il devient un ennemi car je sens que je dois m'en séparer pour pouvoir profiter entièrement des moments. Dans les deux cas c’est une grande histoire d’amour.

Photo de Trioullier Sarah.

 

D’ailleurs quel est-il ? Est-ce que tu utilises toujours le même ?

J'en ai plusieurs, mais j'avoue qu'il y en a deux qui m'accompagnent très souvent. Un Konica 24x36 un Yashica 6x6. Ils ont en commun que ce sont des reflex argentiques, et même si je reconnais que le numérique a de nombreux avantages et que je travaille aussi avec un numérique, il est plus facile pour moi de m’exprimer en argentique.

Quel est ta technique ?

Je ne pense pas avoir une technique en particulière, le choix de l’appareil photo et de la pellicule jouent beaucoup, mais la seule réelle constante que je m’efforce de tenir dans mon travail est celle de sentir la photo et d’être en accord avec le cadre que je construit et mon sujet.

Et pour le tirage alors ?

Pour ce qui est des tirages je m’efforce de le faire moi même quand c’est possible. Le choix de la taille et du papier est toujours lié au sujet. La technique utilisée pour le tirage fait partie de ce que je veux exprimer dans mes photos.

 Quelle période couvre les clichés que tu présenteras samedi ? Où les as-tu pris ?

Viaje al Alma est le produit du voyage que j’ai fait en Colombie en février 2014. De retour en France j’avais besoin de partager tout ce que ce voyage a représenté pour moi. C’est une manière de rendre hommage aux rencontres et aux paysages qui ont nourri mon séjour. Plus que la découverte d’un pays formidable, ces photos sont les témoins du voyage qui m’a aidé ouvrir des chemins pour me trouver en tant qu’être humain et en tant qu’artiste.

 Si tu devais sélectionner une seule de tes photographies laquelle serait-elle ? Peux tu nous raconter son histoire. Les circonstances dans lesquelles tu as prise le cliché et pourquoi cette fois est importante pour toi.

C'est bizarre mais je ne pourrais pas car elles représentent toute un moment particulier, une histoire avec les personnages ou les endroits. Déjà il m'a fallu faire un choix pour l'expo et j’ai du faire appel à un regard extérieur pour pouvoir prendre la décision finale des photos exposées. Alors choisir une seule c'est infaisable.

Photo de Trioullier Sarah.

 

 

Viaje al alma, c’est le titre que tu as choisi pour présenter ton travail. Es tu partie avec cette idée avant de réaliser les clichés ou est-ce que ce sont les photographies une fois réunies qui ont révélé leur lien ?

Le titre m’est venu une fois que j’avais choisi les photos de l’expo, faire ce choix difficile m’a fait comprendre que le voyage que j’avais fait, avait été beaucoup plus qu’une question de traverser l’Atlantique. Je pensais aller explorer un pays, et je me suis rendu compte que j’avais du explorer mon âme. C’est pour cela que le titre s’est imposé à moi : Voyage dans l’âme.

 On est dans le voyage au sens large, sous sa forme initiatique. Est-ce ainsi que tu conçois la quête artistique ?

Je pense que ta question est le résume de tout ce que je viens de dire. La vie en soi est un voyage initiatique… par conséquent la quête artistique aussi.

 

Merci Sarah de t'être livrée pour nous à l'exercice de l'interview. Bon vernissage!

 

Et pour venir voir l'exposition, cela se passe au  restaurant Zagros, 58  bd Ménilmontant dans le 75020 Paris

 

vendredi 5 septembre 2014

La citation jour: Paolo Coelho

"Dans certaines réincarnations, nous nous divisons. Comme les cristaux et les étoiles, comme les cellules et les plantes, nos âmes aussi se divisent ; Nous faisons partie de ce que les Alchimistes appellent Alma Mundi, l'âme du monde. Si l'Alma Mundi ne faisait que se diviser, elle croîtrait, mais elle s'affaiblirait aussi de plus en plus. Alors, de même que nous nous divisons, nous nous retrouvons. Et ces retrouvailles se nomment Amour. Car lorsqu'une âme se divise, elle se divise toujours en une partie masculine et une partie féminine."

 

Paolo Coelho, Brida

 

Jack Johnson - Better Together

 

 

 

Posté par ogressedeparis à 14:56 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,



Fin »