L'Ogresse de Paris

dimanche 5 juin 2016

Welcome to wonderland 🐇

Coucou

Le blog a changé de plateforme!

Voici l'adresse du nouveau site

http://www.ogressedeparis.fr


lundi 1 juin 2015

Les expos qui me font de l'oeil

Les beaux jours sont là et il est vrai que l'envie de se promener dans les parcs et les ruelles est bien plus présente que celle des musées pourtant... Quelques petites choses repérées par ci par là..

bonnard

icones américaines

miroir

oracle du design

toilette

jean paul gaultier

 

Et vous? des expos à me conseiller ? ou qui vous donnent envie?

mardi 26 mai 2015

Le musée des arts forains

Coucou

Le blog a changé de plateforme!

Voici l'adresse du nouveau site

http://www.ogressedeparis.fr

Posté par ogressedeparis à 08:26 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

lundi 18 mai 2015

Le (nouveau) Musée Picasso

Coucou

Le blog a changé de plateforme!

Voici l'adresse du nouveau site

http://www.ogressedeparis.fr

Posté par ogressedeparis à 00:23 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

lundi 11 mai 2015

L'atelier Brancusi

Coucou

Le blog a changé de plateforme!

Voici l'adresse du nouveau site

http://www.ogressedeparis.fr


lundi 4 mai 2015

L'atelier Renault : Espace sensations

Je poursuis la thématique des espaces gratuits et souvent méconnus à découvrir à Paris... Après  l'espace culturel Louis Vuitton, la fondation edf, voici un petit compte rendu de la visite de l'atelier Renault, plus particulièrement de l'espace de sensations investi par Yann Kersalé. 

image

 

L'atelier Renault? Renault comme les voitures? 

Oui! Sur les Champs Elysées, Renault a sa vitrine comme les grandes marques de vêtements de luxe, les chaînes de magasins, mais aussi les marques d'automobile. Et si on pénètre à l'intérieur de l'espace Renault, on y découvre pas seulement des voitures de F1 ou les dernières innovations en matière de roue mais aussi un lieu dėdié à l'art. 

Je suis une grande admiratrice du travail de Yann Kersalé. Un artiste qui a l'art de me faire rêver et de me faire voyager avec ses installations lumineuses. C'est au quai Branly que j'avais découvert son travail à travers l'illumination du jardin de Gilles Clément. J'avais été tellement séduite par cette approche sensorielle et la combinaison avec la pensée du paysagiste que j'en avait même fait mon sujet de mémoire de master. Il m'avait alors reçue sans chichi aucun et beaucoup de gentillesse dans son atelier pour une interview. Cette rencontre avait été merveilleuse pour la jeune étudiante que j'étais. Depuis, dès que je le peux, je vais voir son travail. L'exposition à l'espace Edf m'avait emportée dans un lieu hors du temps. Cette fois c'est à l'atelier Renault que je me suis rendue.

L'oeuvre y est toute petite mais on y retrouve tout ce qui fait la magie de Yann Kersalé. Un jeu de lumière et de matière qui cette fois ci explore la thématique des Quatre éléments. Pour l'eau, on est très proche de la proposition faite à l'espace edf avec des bandes qui font office d'algues dans lesquelles le visiteur vient nager (mais c'est toujours aussi efficace). Pour les trois autres (feu, air, terre) il s'agit de projections sur des surfaces reliefs. 

J'avoue que si la qualité était au rendez vous , j'espérai que cela se poursuive encore un peu. L'espace dédié à l'exposition est vraiment très petit petit. Ou alors j'ai manqué une partie et dans ce cas là un médiateur culturel serait pas mal pour accueillir les visiteurs. 

Donc, en ce qui concerne mon avis sur l'atelier Renault, je dirai que le choix de Yann Kersalé est très judicieux mais la superficie dédié aux expositions un peu ridicule. Quand on a un projet de ce type, je crois qu'il faut se donner les moyens et aller jusqu'au bout de la démarche. Peut être situer l'espace culturel à l'étage par exemple... Il faut dire que bien sûr la belle F1 qui prend beaucoup de superficie n'a aucun intérêt pour moi.

Je reviendrai sûrement par curiosité, en profitant d'un jour où mes pas me conduiront sur les Champs Elysées. 

 

 

samedi 2 mai 2015

Raison et sentiments de Jane Austen

Coucou

Le blog a changé de plateforme!

Voici l'adresse du nouveau site

http://www.ogressedeparis.fr

dimanche 26 avril 2015

Le monde magique d'Harry Potter

Après le retour en enfance au musée des arts forains, dont je vous parlerai très bientôt, je continue à rêver avec le plus célèbre des apprentis sorciers: Harry Potter! La cité du cinéma a eu cette très bonne idée de lui consacrer une exposition.

image

Tout de suite on est plongé dans l'ambiance par la musique des films et le château éclairé au loin. On attend bien sagement devant une porte car oui les départs sont à heure fixe, ça fait un peu parc d'attraction mais tant pis. Car la magie opère tout de suite. Les écrans qui diffusent quelques extraits cinématographiques pour se mettre dans l'ambiance, puis un sorcier qui nous accueille avec le célèbre chapeau qui décidera dans quelle maison vous irait. J'aurai bien aimé passer ce test mais je n'ai pas eu cette chance malheureusement. Tant pis je choisirai en secret griffondor! Pas envie de me retrouver chez Serpentar...

La visite continuera dans les décors ayant servis aux films. Tous plus beaux les uns que les autres. Une foule de détails à observer avec aussi des accessoires et des costumes ayant servis.

Voici le costume du professeur Lockart. On vois que tout a été pensé avec soin. Les étoffes, les couleurs. Rien qu'en voyant la tenue on imagine le personnage.

Ce qui est beau également c'est de voir toutes ces petites choses qui nous échappent quand on regarde un des épisodes et que l'on est pris par l'histoire.

Au fur et à mesure que la visite se poursuit, il y a des focus sur certains personnages plus secondaires (comme le professeur Lockart ci dessus). Quand on observe les vitrines, c'est comme si le personnage qui a une vie sur papier dans les livres de J.K. Rowling et dans les films avait bien d'autres histoires a raconter qui n'avaient pas encore était dévoilé. Il a une écriture qui lui est propre, un style, des goûts vestimentaires (parfois assez hideux), des objets qui lui appartiennent....

A d'autres instants c'est un décor qui va restituer un moment précis, une scène de l'histoire.

La mise en scène est sublime. On s'y croirait! Il y a quelques petites choses où le visiteur peut participer, mais je vous laisse la surprise!

 

Cette exposition est une vraie réussite. Ca donne envie :

1) De revoir TOUS les films

2) De relire TOUS les livres et pleurer encore en parcourant les pages de la batailles finale des Reliques de la mort

3) D'aller à Londres pour visiter le "musée" Harry Potter (Warner bros studio tour) et voir encore plus de décors, de costumes et comprendre quelques tours de magie façon effets spéciaux...

 

C'est peut être ce que je regrette un peu car le mot exposition est pris un peu au pied de la lettre. On vous montre les objets, on ressitue dans la saga mais on ne vous dévoile pas les coulisses de leurs fabrication. Et du coup même si l'exposition est vraiment magique 1h est suffisante pour la visiter même en prenant le temps de la savourer et de faire des photographies. Le prix est tout de même très élévé je trouve et la boutique n'en parlons pas. Je ne regrette cependant pas du tout du tout d'y être allée car c'était vraiment un moment hors du temps, dans un autre monde celui où la magie existe. Et j'ai envie d'y croire toujours même si je ne suis qu'une pauvre moldue.

lundi 20 avril 2015

Le fil rouge: Espace culturel Louis Vuitton

Dans le cadre de mes activités d'art thérapeute, je suis allée visiter avec des patients l'espace culturel Louis Vuitton sur les champs ELysées. On me l'avait chaudement recommandé pour la qualité des propositions artistiques mais aussi de la médiation. Et je n'ai pas été déçue... Bien au contraire!

image

L'accueil a été chaleureux et les échanges avec la médiatrice culturelle passionnants. L'image de la marque de luxe me faisait un peu peur, notamment dans la distance qu´elle pourrait mettre avec le public que j'accompagnais. Mes réserves se sont envolées. Car comme pour la toute jeune Fondation Louis Vuitton, c'est bien d'art qu'il d'agit. Et le voyage demarre dans une ambiance méditative avec un ascenseur plongé dans l'obscurité d'Olafur Eliasson qui propose au visiteur de profiter de ce moment de calme pour couper avec la vie urbaine effrenee et se recentrer. Une belle idée qui permet de faire le vide avant d'arriver dans l'exposition. Notre esprit est disposé à la decouverte. 

 

En ce moment le lieu accueille une exposition autour de la thématique du fil. Simultanément d'autres centres culturels LV développent également le sujet (ceux de Munich et Tokyo). Le fil comme thématique mais aussi comme medium dans des installations. Le fil devient donc la matière qui sert à créer d'autres espaces en jouant sur ses capacités graphiques à structurer et creer des architectures (Isa Melsheimer s'inspire notamment du pavillon Philipps de Le COrbusier construit pour l'exposition universelle de 1958)  ou des formes (Fred Sandback). 

 

image

Gros coup de coeur pour ma part pour le travail de Chiharu Shiota, qui tisse telle une araignée un tunnel noir ou quelques ampoules suspendues s'allument et s'eteignent comme autant de vies qui debutent puis s'achèvent. Fort, beau, poétique.

image

Une vidéo captivante s'inspirant du théatre traditionnel japonais a été crée pour l'exposition par Hans Op de Beeck est également projetée en fin de parcours. Deux marionnettes s'y rencontrent et explorent l'amour et la vie. Magnifique et hypnotique. 

 

image

Et comme cette exposition est petite et gratuite, si vous êtes à Paris vous n'aurez aucune excuse pour ne pas y aller! 

 

 

lundi 13 avril 2015

Jeff Koons: La rétrospective

C'est très drôle pour moi d'écrire un billet sur Jeff Koons ici sur le blog. Pourquoi me direz vous? Parce que ça me fait faire un retour dans le temps en 2009, lorsque j'ai ouvert ce blog. Je cherchais une identité visuelle, et pendant longtemps Le gros coeur flamboyant de l'artiste pris en photographie dans l'escalier de la Reine à Versailles a été mon image de profil...

image

 Et je crois que ça en dit beaucoup sur les oeuvres de Jeff Koons. Des logos pop. Des bonbons sucrés qui agacent mais sont efficaces. Avant de voir ses oeuvres en vrai, pour moi Jeff Koons c'etait un publicitaire qui se disait artiste, un provocateur exhibitionniste dans sa relation avec la Cicciolina. Mais ça me faisait rire. 

Et puis il y a eu cette fameuse exposition à Versailles qui m'a donné envie de revisiter le château, vu la dernière fois lorsque j'étais petite. Et la j'ai redecouvert et le château, et Jeff Koons.

Long préambule pour vous parler de l'exposition qui vit ses derniers jours au centre Pompidou. Mais il est parfois aussi important pour un blogueur de vous expliquer à vous lecteur le pourquoi du choix des billets, le lien affectif que l'on a parfois aussi avec son contenu. c'est peut etre aussi ça ce qui nous différencie justement du journalisme. 

Bon alors , cette exposition? 

Et bien elle est top! Si vous aimez Jeff Koons j'entend. Si vous êtes un decomplexé de l'art. Si ça ne vois derange pas les oeuvres qui flirtent ouvertement avec le marché, la commercialisation. 

J'y suis allée pour un atelier d'art thérapie, justement parce que ce sont des oeuvres qui font du bien au moral. Et quand la ville est triste et terne un peu de couleur et de fun c'est appréciable. Et les Inflatables, fleurs gonflées (très kawai) ouvrent le ballet dans cette idée d'ailleurs. 

image

Mais aussi parce que le parcours est bien conçu et permet de découvrir les thèmes bien plus profonds qui se cachent derrière tou ce clinquant. La série equilibrium (1983) notamment qui s'appuie sur la starisation des joueurs de NBA et la nouvelle image donnée des Blacks aux états unis. Ou encore la série d'affiches pour les marques d'alcools qui montre de facon presque sociologique le public visé par les publicités.

image

Pas de déception, on retrouvera les oeuvres les plus connues reprenant les pop stars ou personnages iconiques comme un terrifiant Mickael JAckson en porcelaine ou un Popeye semblant gonflé d'helium suite à une ingestion d'epinards. 

La fameuse série de photographie X, Made in HEaven, présentée à la biennale de Venise en 1990, est aussi là dans une petite salle dérobee aux regards. Néanmoins, je lui ai préféré les variations sur les thèmes mythologiques comme Ariane endormie ou Persephone et Hadès, l'occasion de raconter quelques histoires au groupe que j'accompagnais.

 

image

Un bon moment à partager, sans complexe. Car on oublie parfois à force de voir des oeuvres d'art contemporain très conceptuel que l´art ça peut etre drôle et joyeux aussi.