L'Ogresse de Paris

jeudi 24 juillet 2014

La citation du jour: Sébastien Japrisot

" Je lui dirai combien je pense à elle. Je lui dirai tout. Je lui dirai que j'aime qu'elle soit près de moi... Je lui dirai...
Mais non. Je ne lui dirai rien. Je l'embrasserai, je l'embrasserai, et je ne lui dirai rien du tout."

Sébastien Japrisot, Les mal partis

Posté par ogressedeparis à 15:16 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


lundi 21 juillet 2014

La citation du jour: Edith Wharton

« Quand on la trouve, la femme qu’on attend, elle est toujours différente – et on ne sait pas pourquoi. »

 

Edith Wharton, Le temps de l'innocence

 

Posté par ogressedeparis à 14:56 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

jeudi 17 juillet 2014

La citation du jour: Edmond Rostand

"Il n'est de grand amour qu'à l'ombre d'un grand rêve."

 

Edmond Rostand, Chantecler

 

Cranberries - Dreams

Posté par ogressedeparis à 14:46 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,

dimanche 13 juillet 2014

La citation du jour: Barbey d’Aurevilly

"Il m’a fallu du courage pour quitter le pays d’où je viens.
Ce Pays est fièrement Beau, Sombre, Grand et Idéal."


Jules Amédée Barbey d’Aurevilly

 

Claude MONET

Claude Monet, Promenade sur la falaise, Pourville

J'ai assisté à un défilé Haute Couture

Parfois, la vie nous concocte des petites surprises dont elle a le secret. Comme ça, un jour ordinaire devient extraordinaire en quelques minutes. Il faut juste saisir la bonne occasion et ne pas avoir peur de prendre des chemins détournés.

C'est ce qui s'est passé cette semaine. La Gaité Lyrique accueillait le défilé Victor and Rolf. J'ai eu la grande chance d'y assister.

Et oui car c'était la fashion week à Paris. Un incontournable. chaque évènement est précautionneusement préparé par les grandes maisons de couture. C'est la fédération française de la couture et du prêt à porter des couturiers et des créateurs de mode qui fixe en amont qu'elles seront les dates de la fameuse semaine d'effervescence.

Place au show!

En coulisse les mannequins sont déjà figés dans leur rôles, et sont entourés d'une cohue d'assistants, maquilleurs mais aussi de journalistes qui les assaillent de questions. La lumière crue des néons et des flashs sur les visages blafards fait place à l'obscurité de la grande salle où aura lieu le défilé.

Les spectateurs ne sont pas encore entrés. L'équipe s'active encore. Il faut déposer les cartons qui marqueront les places de chacun. Ce ne sont que de simples carrés blancs néanmoins, ils sont disposés avec minutie. C'est le sésame qui vous indiquera votre position dans cette société fermée. Il faudra faire jouer vos relations si vous souhaitez être au premier rang. Et puis, c'est déjà un grand privilège d'assister au spectacle.

Car c'est bien un spectacle. Les lumières ne sont pas encore éteintes mais il y a déjà des acteurs qui entrent en scène. Ce sont les invités qui font le show: sourires de façade, poses devant les photographes, bavardages mondains. Cela dure un certain temps.

1h de retard. C'est la bonne heure. Tout le monde va sagement rejoindre sa place.

Les lumières s'éteignent. Acclamations.

Ah non ce sont les hôtesses qui applaudissent pour créer un rythme.

Oups je n'ai pas encore les codes. J'ai tapé dans mes mains. Je regarde discrètement autour de moi. Personne ne semble avoir remarqué ni crié à l'imposture.

C'est parti.

Rouge. Drapés. Les mannequins si enfantines semblent sortir du conte du Petit chaperon rouge. Elles sont enroulées dans des robes dont la matière éponge rappelle des peignoirs de bains sauf que là de grands noeuds créent des variations. C'est beau. Je suis émerveillée. Ma voisine n'est pas en reste, ses yeux brillent, sa bouche est grande ouverte.

C'est beau oui. Mais c'est un peu effrayant aussi. Ces jeunes corps pâles semblent sans vie. Désincarnés.

Leur froideur fait ressortir l'incarnat de la collection présentée. On hésite entre candeur et violence. Ce n'est pas pour rien que le thème de la fillette fantomatique fait fureur dans les films d'horreur.

Clap de fin. Les deux créateurs font un passage éclair sous les applaudissements.

C'était bref.

Petite déception j'attendais la robe de mariée en clôture. Tant pis.

Vite vite je file d'autres aventures m'attendent.

Pour voir toute la collection c'est sur le site de Victor&Rolf: http://www.viktor-rolf.com/

Posté par ogressedeparis à 12:41 - - Commentaires [0] - Permalien [#]



samedi 12 juillet 2014

La citation du jour: Wharton

" Le métier est quelques fois bien aride ; mais on a la liberté de son esprit. On peut écouter et réfléchir, on peut causer. "

Édith Wharton, le temps de l'innocence


Posté par ogressedeparis à 15:21 - Commentaires [0] - Permalien [#]

vendredi 11 juillet 2014

La citation du jour: Balzac

"Le malheur aussi bien que le bonheur vrai nous mène à la rêverie."

 

Honoré de Balzac, La comédie humaine

 

 


Camille - L'étourderie (acoustique) (HD) par CamilleOfficiel

jeudi 10 juillet 2014

Le poème du jour: Lamartine

Le papillon

Naître avec le printemps, mourir avec les roses,
Sur l’aile du zéphyr nager dans un ciel pur,
Balancé sur le sein des fleurs à peine écloses,
S’enivrer de parfums, de lumière et d’azur,
Secouant, jeune encor, la poudre de ses ailes,
S’envoler comme un souffle aux voûtes éternelles,
Voilà du papillon le destin enchanté!
Il ressemble au désir, qui jamais ne se pose,
Et sans se satisfaire, effleurant toute chose,
Retourne enfin au ciel chercher la volupté!

 

Alphonse de Lamartine, Nouvelles méditations poétiques

 

 

Iron and Wine "Joy" from Hayley Morris 

à découvrir dans l'exposition Motion Factory à la gaité lyrique

mardi 8 juillet 2014

La citation du jour: Max Elskamp

"Ô ma Mère, avec vos yeux bleus,
Que je regardais comme cieux,

Penchés sur moi tout de tendresse,
Et vos mains elles, de caresses, (...)"

 

Max Elskamp, A ma mère, La chanson de la rue Saint-Paul

La vierge et l'enfant, Botticelli

lundi 7 juillet 2014

La citation du jour: Emily Dickinson

"Attendre une heure est long
Si l'amour est en vue
Attendre l'éternité est bref
Si l'amour est au bout."

 

Emily Dickinson, Quatrains et autres poèmes brefs

 

 



Fin »