"Elle recommença  également à lire. Elle redevenait proche de ces livres merveilleux d'où se dégage une tristesse semblable au parfum lourd et enivrant exhalé par certaines fleurs étrangement sombres et mélancoliques."

Stefan ZWEIG, L'amour d'Erika Ewald