"Il aurait mieux valu ne rien rêver, la dépouille de leur rêve mort putréfiait la vie réelle."

 

Carole MARTINEZ, Le coeur cousu