Après avoir exploré le fonctionnement du cerveau et de la mémoire dans Eternal Sunshine of the Spotless Mind de façon brillante et onirique, Michel Gondry a voyagé au coeur des rêves.

Ce film raconte l'histoire d'un franco-mexicain Stéphane Miroux (Gael Garcia Bernal) qui après une enfance au Mexique avec son père retourne à l'âge adulte en France auprès de sa mère (miou-miou) qui lui a trouvé un travail dans une entreprise qui fabrique des calendriers. Le jeune homme tombe vite sous la charme de sa voisine de palier , Charlotte Gainsbourg qui partage avec lui une fibre créative. Mais  Stéphane Miroux a une grande singularité qui va vite mettre ses relations avec son entourage en péril: depuis son enfance il confond rêve et réalité. Il est atteint d'une forme de somnanbulisme qui fusionne en lui rêve et réalité.  Cette folie est à la fois un don qui permet à Stéphane de s'échapper de son travail ennuyeux et de faire revivre en lui les souvenirs heureux (notamment de son père décédé) mais aussi une malédiction qui l'empêche de vivre avec les autres.

Cela donne lieu a des scènes très cocaces notamment sur les fantasmes sur son lieu de travail explorés par les nombreux voyages oniriques de Stéphane, avec un impayable Alain Chabat dans le rôle du collègue. Mais aussi des scènes d'une très grande poésie où le jeune homme amoureux déploie des trésors d'imagination pour conquérir sa belle.  Car si dans un premier temps la folie douce du jeune homme effraie sa voisine,  celui-ci est loin de s'avouer vaincu et dessinera pour elle une porte d'accès à son monde merveilleux fait de bateaux et d'arbres en papiers et de doudous/chevaux qui prennent vie.  J'ai apprécié le réel souci du détail dans les décors et les costumes totalement improbables: par exemple les personnages se dotent d'oreilles d'animaux ou de mains géantes.

J'ai adoré cet univers de Gondry fait de décors en carton et je vous conseille fortement de l'explorer à votre tour.

 

Ce billet est ma première participation

pour la deuxième édition du challenge des fous

logo fous cahin