File0484

 

En ce moment à la Gaîté lyrique, on peut découvrir l'idée farfelue et quelque peu terrifiante du collectif H5: créer une fausse marque qui contrôlerait tous les aspects de la vie moderne. A grand renfort de logos, affichages et autres techniques de communications insidueuses et inévitables qui prennent formes dans notre quotidien, H5 reprend les codes de la publicité et du marketing pour imaginer une machine de guerre: la marque Hello.

File0479

Car dès l'entrée dans la gaîté lyrique, avec les drapeaux Hello et surtout la statue Hello liberty, qui n'est pas s'en rappeler la célèbre Liberté New Yorkaise menace le visiteur.  L'aigle impérialiste est-il vraiment un symbole de liberté?

 

File0478

 

 

 

 

Le parcours de l'exposition débute par une salle de réunion qui n'est pas sans rappeler les espaces de meetinng des grandes entreprises. Table toute en longueurs, grands fauteuils, il ne manque plus que les dirigeants et conseillers assis ensemble pour projeter lors idées de contrôle du monde. Ces idées sont mises en scène un power point projeté en écran géant, véhiculant l'image de la marque Hello et les objectifs fixés. Réaliste et terrifiant.

File0482

D'autant plus que l'emblème choisi par Hello n'est pas anodin: l'aigle. Cet oiseau majestueux au regard perçant qui a déjà bien servi aux civilisations totalitaires et impérialistes.  On perçoit bien que cet aigle envahit tous les espaces de la vie de ses employés et du consommateur. La salle sonore prend les allures d'un cocon maternell bienveillant qui chante une drôle de comptine pour endormir les esprits: des slogans que l'on connait par coeur.  La suite du parcours se fait sous l'oeil du regard paternaliste de l'aigle: le visiteur est placé sous surveillance!

File0485

Comme dans les régimes totalitaires, l'individu est noyé dans le groupe. On gomme ses différences. Il devient un numéro de matricule.  C'est le cas pour la série de photographies d'oeuf sur lesquels sont inscrits les matricules des individus Hello: date de naissance, sexe, prénom, nom. Les hommes sont réduis à ces chiffres.  Ils se font dévorer par la marque devenue toute puissante comme dans la vidéo projetée dans la salle atenante: une jolie création numérique qui n'est pas sans rappeler les Oiseaux d'Hitchcock.

 

File0477Mais pour parvenir à réduire l'homme, il faut d'abord le séduire, le conquérir. Et la plus grande arme pour contrôler un peuple c'est l'assommer avec des divertissements. La salle suivante prend des allures de salle de jeux avec écrand géants et consoles kinect qui décryptent les mouvements et transforment ainsi les visiteurs en personnage: un oiseau qui apprend à voler. 

File0481

Au bout du parcours, un musée dans le musée qui m'a beaucoup intéressé. Le collectif H5 a imaginer recréer l'histoire d'Hello en lui faisant traverser le temps depuis le début du XX jusqu'à aujourd'hui en reprenant tous les codes esthétiques des affiches à travers l'histoire de l'art... Les dessins sont très beaux et les images bien pensées!

File0487

File0483

 

Des petits compléments au deuxième étage ajoutent à l'illusion, cette marque Hello existe-t-elle vraiment? Avec la boutique remplie de goodies à l'effigie de l'aigle comme l'improbable balle à plume pour participer à un match mélange de football et badminton: le plumefoot.

Le monde décrit si bien par Orwell dans 1984 n'est pas si loin!

 

Les informations sur l'exposition Hello c'est par ici

 

PS: J'ai quelques soucis ces temps ci avec mon scanner... désolée pour la qualité des images qui ne rend pas tout à fait les mêmes effets que les croquis...