Grosse déception les jours derniers à la Fondation EDF.

J'aimais beaucoup ce lieu qui propose régulièrement des expositions novatrices voir assez spectaculaires dans le traitement de l'espace jouant sur l'immersion du visiteur. J'avais adoré les mises en scènes réalisées lorsque Patrick Blanc ou encore Yann Kersalé (le poète de la lumière dont j'ai déjà parlé ici) étaient les invités. C'était donc pleine d'espoir que je me dirigeais vers la petite impasse rue récamier pour traverser la lumière avec Nathalie Junod Ponsard.

Mais la magie n'a pas opéré du tout cette fois. Quelques spots lumineux façon science fiction, des faisceaux de couleurs pour mettre en valeur un espace loft à l'architecture loin d'être atypique. Bref aucun intérêt.

D'accord les lumières changeaient de teintes donc donnaient des variations différentes aux espaces... mais bon franchement on ne peut pas appeler ça une immersion.  Le tour dans cette "exposition" vide a été vite fait. Je l'ai fait plusieurs fois pour être bien sûre que rien ne m'avait échappé...

Si une salle au fond. Espoir!

Encore pire! Juste un néon suspendu dans une salle baignée d'obscurité. Franchement, Dan Flavin a fait bien mieux et c'était au siècle dernier!

Aucun intérêt donc. Rien de plus à écrire.

Si : "l'art contemporain" m'agace parfois au plus au point! Il y en a marre de voir des choses sans émotion pour lesquelles il faut avoir un manuel afin de comprendre le concept! L'art ne devrait pas exclure mais rassembler!

Quelques photos qui, je trouve, montrent bien le côté séduisant mais creux de l'installation. 

IMG_20131015_121852_904[2]

 

IMG_20131015_121920_002_3_

 

 

IMG_20131015_122017_223_2_

 

IMG_20131015_122058_524_2_

 

IMG_20131015_122118_654_1_