Résumé de l'éditeur: " Les grands majordomes sont grands parce qu'ils ont la capacité d'habiter leur rôle professionnel, et de l'habiter autant que faire se peut ; ils ne se laissent pas ébranler par les événements extérieurs, fussent-ils surprenants, alarmants ou offensants. Ils portent leur professionnalisme comme un homme bien élevé porte son costume. C'est, je l'ai dit, une question de "dignité"."
Stevens a passé sa vie à servir les autres, majordome pendant les années 1930 de l'influent Lord Darlington puis d'un riche Américain. Les temps ont changé et il n'est plus certain de satisfaire son employeur. Jusqu'à ce qu'il parte en voyage vers Miss Kenton, l'ancienne gouvernante qu'il aurait pu aimer, et songe face à la campagne anglaise au sens de sa loyauté et de ses choix passés...

 

Edito post lecture: De Kazuo Ishiguro j'avais adoré Auprès de moi toujours (très joliment adapté d'ailleurs au cinéma). J'avais été fasciné par cette écriture froide, presque inhumaine. Ici on retrouve ce détachement, cette analyse robotique des événéments qui nous font douter que le personnage principal éprouve des sentiments. Puis au fil des pages, il se dégage une ambiance particulière qui cadre avec le mystère qui entoure cette façon de mettre ses émotions à distance. Ici pas de clone mais un majordome tellement impliqué et imprégné de son rôle qu'il en devient une machine experte en étiquette et savoir vivre. Une forme d'esclavage qu'il s'impose à lui même, se persuadant de l'importance de sa mission: servir les grands de ce monde. Car finalement être au service d'un Lord cela serait préserver un mode de vie et de pensée ainsi que l'aider à se débarrasser des aléas du quotidien pour se concentrer sur des choses plus importantes (notamment la politique). Mais derrière ces belles phrases se cache un profond malaise et les souvenirs de l'ancienne intendante du château mettent en lumière les failles de ce raisonnement trop parfait. Moi qui aime l'intempérence des sentiments j'ai été déconcerté par cette lecture. J'ai eu beaucoup de mal à me mettre dans ce livre introspectif qui ne raconte presque rien. Cependant les anecdotes mises bout à bout font un portrait psychologique saisissant!