Si vous ne connaissez pas encore le charmant château de Malmaison en région parisienne (et dont je vous avais parlé ici) , je vous conseille cette petite exposition pour le printemps. Si celle-ci est modeste, elle n'est est pas moins digne d'intérêt. Le personnage de Joséphine déjà suscite le mystère. Masquée par l'aura et la grandiloquence de Napoléon, on oublie parfois cette femme qui a partagé sa vie. Voici l'occasion rêvée pour faire connaissance avec Joséphine de Beauharnais. 

L'exposition permet d'entrer dans son univers à travers sa passion pour la nature, et plus particulièrement  les fleurs   et les oiseaux (ces derniers accueillant d'ailleurs les visiteurs par leurs cris joyeux dès le vestibule de la demeure). Le parcours est très vivant, et mêle objets d'époque et créations contemporaines. On passe alors de la délicatesse de l'aquarelle, traçant de pâles feuillages sur des herbiers, à l'exhubérance du plumage des oiseaux exotiques qui faisaient l'admiration des visiteurs. Peut être un moyen pour Joséphine de faire renaître en elle  les souvenirs de son enfance créole, passée en Martinique, par le biais de sons, parfums et couleurs.

 

Certains parallèles sont par ailleurs amusants, comme celui de la beauté et la richesse des broderies d'une magnifique robe empire blanche qui a la fois la légereté des pétales et le resplendissement des parures d'un plumage. Cette idée est bien traduite  dans l'installation de formes translucides et aériennes suspendues dans un couloir dont la lumière rosée et tamisée met en valeur des ombres végétales projetées sur les murs. Joséphine ne l'oublions pas est aussi une icône de mode. Cependant, on aurait tort de croire que cet attrait pour les fleurs et les oiseaux est un passe temps frivole. Elle y accorde un soin quasi scientifique et n'hésite pas ainsi à introduire dans ses serres des variétés de plantes venant de terres lontaines. 

On pourra s'imprégner de cette atmosphère en profitant ensuite des  jardins où elle cultivait ses roses. Ou  peut être encore prolonger la visite par celle du musée du Luxembourg. En effet, cette petite exploration se veut  dans la continuité de l'exposition Joséphine qui lui rend hommage à l'occasion du bicentenaire de sa mort. 

 

Pour en savoir plus: http://www.chateau-malmaison.fr/