C'est très drôle pour moi d'écrire un billet sur Jeff Koons ici sur le blog. Pourquoi me direz vous? Parce que ça me fait faire un retour dans le temps en 2009, lorsque j'ai ouvert ce blog. Je cherchais une identité visuelle, et pendant longtemps Le gros coeur flamboyant de l'artiste pris en photographie dans l'escalier de la Reine à Versailles a été mon image de profil...

image

 Et je crois que ça en dit beaucoup sur les oeuvres de Jeff Koons. Des logos pop. Des bonbons sucrés qui agacent mais sont efficaces. Avant de voir ses oeuvres en vrai, pour moi Jeff Koons c'etait un publicitaire qui se disait artiste, un provocateur exhibitionniste dans sa relation avec la Cicciolina. Mais ça me faisait rire. 

Et puis il y a eu cette fameuse exposition à Versailles qui m'a donné envie de revisiter le château, vu la dernière fois lorsque j'étais petite. Et la j'ai redecouvert et le château, et Jeff Koons.

Long préambule pour vous parler de l'exposition qui vit ses derniers jours au centre Pompidou. Mais il est parfois aussi important pour un blogueur de vous expliquer à vous lecteur le pourquoi du choix des billets, le lien affectif que l'on a parfois aussi avec son contenu. c'est peut etre aussi ça ce qui nous différencie justement du journalisme. 

Bon alors , cette exposition? 

Et bien elle est top! Si vous aimez Jeff Koons j'entend. Si vous êtes un decomplexé de l'art. Si ça ne vois derange pas les oeuvres qui flirtent ouvertement avec le marché, la commercialisation. 

J'y suis allée pour un atelier d'art thérapie, justement parce que ce sont des oeuvres qui font du bien au moral. Et quand la ville est triste et terne un peu de couleur et de fun c'est appréciable. Et les Inflatables, fleurs gonflées (très kawai) ouvrent le ballet dans cette idée d'ailleurs. 

image

Mais aussi parce que le parcours est bien conçu et permet de découvrir les thèmes bien plus profonds qui se cachent derrière tou ce clinquant. La série equilibrium (1983) notamment qui s'appuie sur la starisation des joueurs de NBA et la nouvelle image donnée des Blacks aux états unis. Ou encore la série d'affiches pour les marques d'alcools qui montre de facon presque sociologique le public visé par les publicités.

image

Pas de déception, on retrouvera les oeuvres les plus connues reprenant les pop stars ou personnages iconiques comme un terrifiant Mickael JAckson en porcelaine ou un Popeye semblant gonflé d'helium suite à une ingestion d'epinards. 

La fameuse série de photographie X, Made in HEaven, présentée à la biennale de Venise en 1990, est aussi là dans une petite salle dérobee aux regards. Néanmoins, je lui ai préféré les variations sur les thèmes mythologiques comme Ariane endormie ou Persephone et Hadès, l'occasion de raconter quelques histoires au groupe que j'accompagnais.

 

image

Un bon moment à partager, sans complexe. Car on oublie parfois à force de voir des oeuvres d'art contemporain très conceptuel que l´art ça peut etre drôle et joyeux aussi.