10 juillet 2014

Le poème du jour: Lamartine

Le papillon Naître avec le printemps, mourir avec les roses, Sur l’aile du zéphyr nager dans un ciel pur, Balancé sur le sein des fleurs à peine écloses, S’enivrer de parfums, de lumière et d’azur, Secouant, jeune encor, la poudre de ses ailes, S’envoler comme un souffle aux voûtes éternelles, Voilà du papillon le destin enchanté! Il ressemble au désir, qui jamais ne se pose, Et sans se satisfaire, effleurant toute chose, Retourne enfin au ciel chercher la volupté!   Alphonse de Lamartine, Nouvelles méditations poétiques ... [Lire la suite]

29 mai 2014

Motion factory: une usine à rêves!

Motion Factory c'est l'exposition en cours à la Gaité Lyrique qui va à contre courant de ce qu'on aurait pu attendre du lieu. Car au lieu de se pencher sur les films d'animation en 3D, le temple du numérique décide au contraire de s'intéresser à la créativité des courts métrages en stop motion (qui crée le mouvement image par image à l'aide d'un appareil photo). On peut penser à l'imaginaire incroyable de Gondry mais cela serait réducteur. L'exposition prend le parti de présenter la relève via un florilège de films plus surprenants ou... [Lire la suite]
17 juillet 2011

Sita change le blues

Synopsis (allociné): Sita, déesse indienne et épouse dévouée, est répudiée par son mari, Rama. Nina (la réalisatrice elle-même) dresse un parallèle entre sa vie et celle de Sita quand son propre mari, installé en Inde, met fin à leur mariage par e-mail... Adaptation musicale du Râmâyana, célèbre épopée de la mythologie indienne, Sita chante le blues mêle tragédie ancienne et comédie contemporaine.Singes volants, monstres et dragons, dieux et déesses, bulbes oculaires ailés sont chorégraphiés avec la musique d'Annette Hanshaw,... [Lire la suite]
Posté par ogressedeparis à 00:13 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
18 mars 2011

La citation du jour

" (...)  s'ils ne pouvaient encore distinguer leurs visages le calme était revenu en eux, ils chaviraient dans les rêves, les yeux fixés sur ces doux mouvements lumineux (...)." Akiyuki NOSAKA,  La tombe des lucioles