Ce livre, le dernier qu'ait écrit Winnicott, prend pour point de départ l'article, devenu classique, que l'auteur a consacré aux "objets transitionnels".
Il a pour fil conducteur une conception du jeu, par quoi il faut entendre une capacité de créer un espace intermédiaire entre le dehors et le dedans, capacité qui ne s'accomplit pas dans les jeux réglés, agencés comme des fantasmes ou des rituels, mais qui se situe à l'origine de l'expérience culturelle. Il énonce enfin une théorie des lieux psychiques -une nouvelle topique - dont nous commençons à apercevoir l'originalité, par rapport aussi bien à Freud qu'à Melanie Mein. La consultation thérapeutique et l'enfant, publié dans la même collection, montrait sur le vif comment opérait Winnicott, dans l'actualité de la relation.
Nous découvrons, avec ce livre-ci, comment une théorie psychanalytique - cet objet transitionnel dont nous ne saurions nous passer - s'invente, se cherche et se trouve. Ce n'est pas seulement notre intelligence du discours mais notre perception du réel, de nous-même et de l'autre, qui se voient alors renouvelées.

 

N'oubliez pas de participer à

 

Edito post lecture: Ce livre est un des indipensables si on s'intéresse un tant soit peu à la psychologie. Il fait figure de référence en ergothérapie et en art-thérapie. Pourquoi? parce qu'il met l'accent sur un autre mode de relation thérapeutique possible, différent donc des techniques plus habituelles fondées sur l'expression orale. Ici c'est le jeu qui fait office de levier pour débloquer une situation. Cette méthode est donc particulièrement indiquée pour les personnes ayant des problèmes d'expression ou chez les enfants. C'est une façon de voir la relation thérapeutique que je trouve très enrichissante et qui ouvre le champ des possibles, notamment en art thérapie. Cela m'a indiqué quelques pistes notamment avec la peinture mais aussi le théâtre, le conte et l'écriture où le jeu sont au coeur de la pratique artistique.